République électronique : le nouvel album de Dombrance!

L'homme qui a enfin réconcilié l'électro et la politique

Musiques
Published on 31/05/2022 • 3 minutes
An article by Thomas BAUDOIN

Raffarin, Fillon, Giscard d’Estaing, Taubira, Poutou … vous les avez forcément déjà entendus à l’apéro ou en soirée, vous vous êtes marré.e.s et avez même secoué la tête ou dancé sur leur cadence répétitive et nostalgique… Mais juste pour être clair : non ici il n’est pas question de discours ou de débats télé, mais bien de musique ! avec le nouvel album de Dombrance (vous aviez un doute ?). Le DJ et producteur parisien sortait vendredi 27 mai son nouvel album baptisé République électronique. Un recueil de pure nostalgie électronique en forme d'hommage décalé et de rétrospective joyeuse toujours dans le style disco-funk qu’il explore depuis maintenant quelques années. 

Un œil dans le rétro

Ingé son de formation, Dombrance est lancé par Charlélie Couture (le premier à lui avoir confié un studio d'enregistrement) et repéré par le patron des Trans Musicales de Rennes Jean-Louis Brossard. Expert en remixes, l’ancienne moitié de DBFC  avec Dave Shaw est passé notamment par Partyfine (le label d'un certain Yuksek) et a désormais rejoint la maison d’artistes E.47 Records.

Si le parisien a déjà convaincu Arte, Fip, Nova ou encore Tsugi, son “programme” pourra-t-il rendre les hommes et les femmes politiques un peu plus funky ? peut-être pas... Nous faire danser et rigoler un bon coup ? ça oui ! Tantôt loufoque, psychédélique, rétro et toujours très décalé, République électronique c’est avant tout un groove ultra efficace qui explore toutes les nuances et les couleurs du 110-120 bpm.  

Dombrance - Giscard d'Estaing (premier né des 9 titres de l'album)

Faire danser la France again

L’album ne sort pas de nulle part ! Dombrance poursuit un concept lancé en 2018 avec Raffarin et qui ne s’arrête plus depuis. Comme vous avez pu le lire en intro, un paquet de figures politiques françaises et internationales y sont passées ! 

 
Commençons par le commencement : “bienvenue en république électronique”. Après une première track faisant office d'intro on passe en revue tous les présidents de la Vème République. Chacun a droit à un morceau et à son nom chanté dans un ordre d’apparition qui suit la chronologie des mandats (impartialité totale, pas de jaloux). Avec Pompidou et Giscard d’Estaing c’est l'insouciance qui renaît grâce à un son détendu, chic, moderne, optimiste… comme les années 60-70 ? Sarah Rebecca y pose sa voix en toute simplicité et parle en total freestyle comme une américaine qui débarque à Paris. Si son nom ne vous dit rien, vous la connaissez pourtant forcément pour le titre Diamond Veins  avec French 79 ou ses autres collabs avec Dombrance. Notre petit coup de coeur à nous va à Mitterrand qui transpire les années 80 et atteint des sommets de nostalgie. Mention spéciale à Macron, sans doute le titre le plus travaillé et le plus inventif (peut-être le plus bordélique aussi) qui offre un suspense de fin intenable tout en laissant présager une suite pas vraiment optimiste…

Bref, le disque voyage dans le temps et retrace l’histoire de la politique moderne par le prisme de la musique électro (à moins que ce ne soit l’inverse ?) Les 9 pistes sont super agréables, progressives, et superbement arrangées. 

Conclusion : votez Dombrance ! La campagne a déjà démarré et il saura vous convaincre (attention, c'est un professionnel)

Dombrance face aux français

 

L'album est illustré par les visuels d’Olivier Laude. Tout aussi barjot que son camarade, Olivier est le très fidèle ministre de la propagande et du dessin de Dombrance, il le suit et réalise tous ses artworks depuis 2018 et son premier titre Fillon. D’autre part, c’est un contributeur régulier pour Science et Vie Junior. 

Vous pourrez applaudir Dombrance en live tout l’été. Il sera en tournée un peu partout et passera par plusieurs festivals : Musicalarue le 31 juillet, Check In Party le 19 août …

À propos the artists

Picture credits © Dombrance lr